Assurance dépendance

Assurance dépendance

Avec l’allongement de la durée de la vie, le risque de dépendance s’accroît et la nécessité d’une assurance dépendance s’impose davantage chaque jour.

Pour garantir le risque de dépendance, les assureurs proposent différentes formules d’assurance qui prévoient le versement de rente ou de capital, mais, informent et diffusent des conseils sur la prévention de la perte d’autonomie.

Cette démarche permet à la personne d’opter pour l’assurance qui répondra le mieux à ses besoins : aide à domicile, aménagement de son logement, hébergement en institut spécialisé…

Par ailleurs, il convient de savoir que les ressources qu’elle percevra avec son assurance dépendance pourront éventuellement se cumuler avec l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA).

Les différents contrats d’assurance dépendance

Les contrats de prévoyance

Ils peuvent faire l’objet de contrats individuels ou collectifs et garantissent la dépendance par le versement d’une rente mensuelle ou d’un capital. La dépendance est la garantie essentielle de ces contrats d’assurance.

Si l’assuré conserve son autonomie jusqu’au moment de sa mort, il ne percevra aucune prestation et les cotisations qu’il aura versées bénéficieront aux autres assurés selon le principe de la mutualisation des risques.

Les contrats d’assurance vie avec option dépendance

Dans ces contrats, la garantie dépendance n’est qu’une garantie complémentaire.

Les contrats d’assurance vie garantissant principalement l’épargne retraite

Ils assurent au souscripteur devenu dépendant, le versement immédiat d’une rente dont le montant et l’âge de perception sont clairement spécifiés dans le contrat.

Les contrats d’assurance vie garantissant le décès

Lorsque la perte d’autonomie survient, une part du capital prévu pour le ou les bénéficiaire(s) est transformée en rente et va à la personne dépendante.

Les différentes garanties de l’assurance dépendance

Il existe deux garanties essentielles, la garantie dépendance totale et la garantie dépendance partielle et quelques garanties accessoires.

La définition de la notion de dépendance diffère d’un assureur selon qu’ils se basent pour l’évaluer sur la grille modulaire contractuelle ou la grille AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources).

La dépendance totale

Une personne est considérée comme étant totalement dépendante si elle est dans l’incapacité d’assumer au moins trois sur quatre de ces tâches quotidiennes: se laver, s’alimenter, s’habiller et se déplacer.

Dans cette situation avérée, le montant de la rente prévue dans le contrat est versé à 100 %.

La dépendance partielle

Elle est définie au regard de critères signifiés dans le contrat. Ainsi, l’état de dépendance partielle peut être reconnu si la personne a besoin, par exemple, d’aide au quotidien pour assumer son hygiène corporelle ou se lever, se coucher ou préparer ses repas.

A chaque degré de dépendance partielle reconnu et accepté par l’assureur, correspond le versement d’un pourcentage de la rente prévue en cas de dépendance totale.

Les garanties complémentaires

Tous les contrats d’assurance prévoient des services en complément des garanties principales souscrites. Cela peut aller d’une aide à l’orientation de l’assuré pour l’aider à trouver un établissement d’accueil ou des services à domicile ou l’accompagner psychologiquement le cas échéant.

Bon à savoir : tous les contrats d’assurance dépendance comportent des délais de carence et de franchise.

Les délais de carence peuvent aller d’1 à 3 ans mais ne s’appliquent par contre pas si la dépendance est consécutive à un accident.
Quant au délai de franchise, il est normalement fixé à 90 jours et court à compter de la reconnaissance de la dépendance.

Les tarifs d’une assurance dépendance

Ils varient avec l’âge de l’assuré au moment de la souscription du contrat.

A un âge avancé, le risque est plus grand et de fait la cotisation plus élevée. Il est donc préférable de s’assurer le plus tôt possible sachant qu’après 75 ans, aucune souscription n’est plus possible.

Par ailleurs, et quelque soit l’âge du demandeur, un assureur peut refuser de l’assurer si les informations diffusées par le médecin sur son état de santé ne l’agréent pas.

Laisser un commentaire