Tarif assurance auto

En France, aucune loi ne définit un seuil ou un plafond concernant les tarifs des contrats d’assurance automobile. Ces tarifs sont évalués en fonction de statistiques.

Pour en savoir un peu plus, et par conséquent pour chercher à économiser sur votre tarif assurance auto, voici les critères qui sont pris en compte pour évaluer le tarif.

L’établissement des tarifs d’assurance se fait en trois grandes parties : on distingue les informations liées au conducteur, celles liées au véhicules et enfin les critères liés à l’utilisation.

Nous allons donc disséquer ces parties pour comprendre comment sont établis les devis pour une assurance voiture.

Les informations liées au conducteur

Au sujet du conducteur, plusieurs critères entrent en compte :

l’âge du conducteur : les statistiques démontrent que les conducteurs qui ont entre 18 et 20 ans provoque deux fois plus d’accidents que les conducteurs de plus de 30 ans.

Pour l’assureur, ils sont donc susceptibles de créer des accidents sont donc un risque supplémentaire.

l’expérience du conducteur : de la même façon, un conducteur novice sera plus enclin à être à l’origine d’un accident.

Les personnes considérées comme conducteur novice sont celles qui ont moins de trois ans de permis à leur actif ou qui ne peuvent pas prouver qu’elles ont été assurées dans les trois dernières années.

le passé du conducteur : les assureurs peuvent majorer les tarifs de conducteurs ayant été impliqués dans des accidents de la route.

Conducteur résilié

Sont considérées comme circonstances aggravantes la conduite sous l’emprise de l’alcool, les délits de fuite.

la non déclaration de l’accident ou encore un accident dont la responsabilité du conducteur lui a entraîné un retrait de permis.

Si le conducteur est important dans l’établissement des tarifs des contrats d’assurances, il y a d’autres variables à prendre en compte.

Les caractéristiques du véhicule

Encore une fois, les assureurs utilisent les statistiques en fonction des caractéristiques du véhicule pour établir le tarif du contrat.

Voilà les différents critères pris en compte :

  • la puissance du véhicule : il ressort que la plupart des accidents sont liés à la vitesse, la puissance du véhicule est donc un point important.
  • le prix du véhicule : les réparations d’une voiture chère sont en général chères elles aussi, c’est pourquoi la valeur à neuf de l’automobile influe fortement sur le devis.

L’utilisation du véhicule

Enfin, l’utilisation et notamment la zone géographique d’utilisation participent à l’évaluation d’un contrat d’assurance automobile.

La zone de stationnement : l’endroit où est stationné le véhicule participe énormément à l’élaboration du tarif.

Par exemple, une assurance auto à Mulhouse sera bien moins coûteuse qu’une assurance auto à Paris parce que la voiture risque moins d’être accrochée ou vandalisée.

La zone de circulation : généralement, les conducteurs circulants dans des régions où la circulation est faible ont moins de risques d’avoir un accident que dans une région où la concentration de véhicules est plus forte.

Le kilométrage effectué : en toute logique, une personne qui fait énormément de route est plus sujette aux accidents qu’une personne plus sédentaire, les assureurs tiennent compte de cet aspect.

Vous avez en main les clés pour savoir comment sont établis les contrats d’assurance automobile et quels sont les points qui comptent dans la tarification

Assurance auto et jeunes conducteurs

Assurer un jeune conducteur comporte un risque pour les compagnies d’assurance.

Inexpérimentés, ils ont statistiquement plus d’accidents que les conducteurs plus chevronnés à moins qu’ils soient passés par le dispositif de la conduite accompagnée.

Chaque année, les centres d’examens du permis de conduire reçoivent environ 1,5 million de candidats. Sur ce chiffre, la moitié, soit environ 750 000 sont reçus. Tous ces jeunes conducteurs se tournent rapidement vers les compagnies d’assurance auto pour assurer leurs premiers véhicules.

tarif assurance auto
tarif assurance auto

Comme ils sont inexpérimentés et qu’ils ont statistiquement plus de risques d’avoir un accident, les compagnies d’assurance sont légalement autorisées à appliquer une surprime jusqu’à 100% de la cotisation. 

Cette surprime légale est modulable et négociable en fonction des politiques commerciales des compagnies d’assurance.

Ainsi, lorsque le jeune conducteur peut justifier de plusieurs mois voire années au volant d’un véhicule assuré sous le nom de ses parents, la compagnie d’assurance auto peut considérer que les risques encourus à couvrir sont moindres.

De même, lorsque le permis de conduire est obtenu dans le cadre d’un dispositif de conduite accompagnée,  la surprime la première année ne pourra dépasser 50%.

La seconde année d’assurance auto, la surprime est divisée par deux (50% pour les jeunes conducteurs classiques, 25% pour les jeunes conducteurs en conduite accompagnée).

Comme on le voit, en terme de budget d’assurance auto, les jeunes conducteurs qui ont suivi un programme de conduite accompagnée sont largement gagnants.

Le jeune conducteur peut aussi être revue à la baisse lorsque l’utilisation du véhicule est ponctuel ou que peu de kilomètres sont parcourus à l’année.

Nouveaux acteurs du côté des offres d’assurances low-cost

Les tarifs des assurances continuent d’avoir le vent en poupe du côté des assurances auto, crise oblige probablement.

Cette fois-ci, c’est le courtier AcommeAssure qui lance son contrat « maison ».

Porté récemment devant les fonts baptismaux, ce petit dernier (assuré par Suravenir -filiale du Crédit mutuel) proposerait des tarifs « jusqu’à » 34% moins élevés pour certaines configurations par rapport aux 4 principaux assureurs du marché.

Je n’ai pas cherché à comparer je l’avoue franchement, la notion des « 4 principaux assureurs » et le cas choisi (« un breton de 35 ans salarié disposant d’un bonus de 0,5 ») m’ayant paru trop « particuliers » pour se faire une idée.

Laisser un commentaire