Comment fonctionne la garantie auto contre le vol ?

fonctionne la garantie auto contre le vol

Selon le ministère de l’Intérieur, près de 200 000 voitures sont volées chaque année en France.

Malgré le développement de dispositifs antivols de plus en plus performants, cette réalité ne diminue pas depuis dix ans. Pour faire face à ce type d’infraction, il est alors utile de souscrire un contrat d’assurance auto incluant une garantie contre le vol.

Les formalités à accomplir

Dès que le conducteur prend connaissance du vol ou de la tentative du vol exercé sur son véhicule, il a 24 heures pour porter plainte dans un commissariat de police ou dans une brigade de gendarmerie.

Le délit doit également être signalé à la compagnie d’assurance dans les 48 heures qui suivent l’infraction. Pour bénéficier de la garantie contre le vol, l’assuré ne doit pas omettre de joindre à sa déclaration, une copie de la plainte qu’il vient de déposer.

Le conducteur dépouillé de son bien doit déclarer le vol à la préfecture du lieu d’immatriculation afin de contrer l’éventuelle vente du véhicule volé. Pour obtenir une réparation de son préjudice, il devra bénéficier d’une assurance automobile comprenant une garantie spéciale contre le vol.

Cette clause n’est pas obligatoire et doit avoir été souscrite par l’assuré au moment de la signature du contrat. Elle entraîne généralement un coût supplémentaire, ce qui conduit certains conducteurs à se priver de cette couverture.

Le calcul du remboursement

La compagnie d’assurance prend également en charge les dépenses de réparations, si le véhicule retrouvé a été endommagé. Cette garantie s’accompagne d’une franchise et joue lorsque la voiture est retrouvée dans le mois qui suit le délit.

Au-delà, le montant du remboursement équivaut à la valeur « d’expert » de la voiture. Cette dernière prend en considération le prix, l’âge, le kilométrage l’état du véhicule ainsi que les dépenses d’entretien effectuées.

Par conséquent, il est utile d’adresser à votre assureur tous les justificatifs de paiement que vous détenez (réparations, pneumatiques, pièces auto, etc.).

La compagnie d’assurance a le droit de contredire la valeur « d’expert » du véhicule volé en se basant sur d’autres données.

Ces sources d’informations peuvent être très variées. Il pourra s’agir par exemple de l’annonce de vente d’une voiture d’occasion identique ou de la cote automobile communiquée par les médias : presse, Internet, etc.

Si l’assuré conteste la valeur déterminée par l’assureur, il pourra ordonner une contre-expertise judiciaire qu’il devra financer.

L’assurance automobile couvre-t-elle les conducteurs occasionnels ?


L’assurance automobile couvre-t-elle toujours un accident même si la voiture a été conduite par une personne autre que l’assuré ? L’assurance responsabilité civile reste généralement valable lorsque le conducteur occasionnel remplit toutes les conditions mentionnées dans le contrat. Toutefois, prêter sa voiture à une tierce personne peut coûter cher à l’assuré.

L’assurance automobile garantit les conducteurs occasionnels

Pour pouvoir prêter sa voiture à une personne non déclarée comme conducteur dans son contrat d’assurance automobile, il faut vérifier au préalable que son assurance auto reste toujours valable même si la voiture est conduite par une tierce personne.

En effet, certains contrats d’assurance limitent la couverture des risques par une conduite exclusive du souscripteur, comme c’est le cas pour les assurances réservées aux petits rouleurs qui ne garantissent pas les conducteurs occasionnels.

Les assureurs prennent en compte le profil du conducteur occasionnel pour pouvoir le garantir. Des clauses sont quelques fois incluses dans le contrat d’assurance, relatives au profil de tout conducteur exceptionnel.

Si la personne empruntant la voiture est titulaire d’un permis de conduire et remplit les conditions stipulées dans le contrat, l’assurance responsabilité civile couvre les dommages matériels ou corporels qu’elle peut causer à des tiers.

Laisser sa voiture à un conducteur occasionnel peut coûter cher à l’assuré

Si le contrat d’assurance auto ne stipule pas clairement que la voiture ne peut être conduite, à aucun moment, par une personne autre que le souscripteur, la garantie responsabilité civile reste toujours valable.

Cependant, l’assureur peut majorer la franchise à la charge du souscripteur si la voiture a été conduite par un jeune conducteur au moment de l’accident. En effet, les conducteurs titulaires d’un permis de conduire de moins de 3 ans représentent toujours des risques aggravés aux yeux des compagnies d’assurance, surtout lorsqu’ils conduisent un véhicule puissant ou coûteux.

De même, certaines garanties devant normalement être incluses dans le contrat pourront être refusées si la voiture a été conduite par une personne à risque élevé.

Quoi qu’il en soit, en cas d’accident, le contrat d’assurance pourra toujours être pénalisé par un malus même si le conducteur occasionnel remplit toutes les conditions mentionnées dans le contrat.

Le titulaire de la voiture pourra toutefois se retourner contre le conducteur exceptionnel et réclamer une indemnisation qui inclut les dommages non couverts par l’assurance.

Laisser un commentaire